Archives du mot-clé pur projet

Eau Thermale Avène et la régénération du corail

La marque EAU THERMALE AVENE est engagée depuis plusieurs années dans une démarche de réduction de son empreinte environnementale, notamment à travers sa gamme de soins solaires minimisant l’impact sur les écosystèmes marins. En 2016, EAU THERMALE AVENE va plus loin et s’associe avec PUR Projet pour lancer le projet de préservation et de régénération des écosystèmes marins PUR Corail en Indonésie.

BioRockAveneIMG_4181-800x600 (2) Lire la suite

Share Button

Globale Conference 2015 : une étape clé avant la COP21

IMG_0255

Du 6 au 8 juillet, aura lieu la Xème édition de la Globale Conference à Chantilly. Lancée en 2007, la Globale Conference est un lieu d’échange des bonnes pratiques et de valorisation de solutions concrètes innovantes entre acteurs et décideurs venus du monde entier autour d’un thème, « Tous acteurs de la rupture ? ».

Organisé par les Ateliers de la Terre, think tank spécialisé sur les problématiques environnementales, et la fondation Aga Khan, cet événement d’envergure internationale représente un moment unique pour les entreprises, ONG, institutions, politiques, journalistes, experts etc. de se retrouver en amont de la Conférence sur le Climat. Tous ces intervenants se rassemblent pour engager une réflexion collective sur les nouveaux modèles de développement plus respectueux de l’Homme.

A cette occasion, Tristan Lecomte, fondateur de Pur Projet, sera le modérateur invité du face-à-face « Les Forêts : l’avenir de notre santé ? », qui aura lieu le 8 juillet. Une occasion de replacer la thématique de l’arbre et des forêts dans la réflexion sur les solutions durables pour contrer le changement climatique. L’équipe de Pur Projet sera également présente pour organiser des interviews avec les participants et partenaires selon le format caméra-café. A travers ce moment de rencontre, il s’agira de favoriser les échanges en direct des débats sur les thématiques du développement durable et de l’économie.

La Global Conference est un forum unique qui se positionne comme un laboratoire consacré à l’élaboration d’un nouveau projet de société. A quelques mois de la Conférence sur le Climat, ce forum constitue une étape clé pour initier le dialogue entre les différents acteurs de la société civile.

Photo : Christian Lamontagne/Pur Projet

Share Button

Ushuaïa Bahia Do Brasil et la reforestation du fleuve São Francisco

IMG_4102

A l’occasion du lancement de sa nouvelle gamme, Bahia Do Brasil, Ushuaïa s’investit dans la reforestation des rives du fleuve São Francisco avec Pur Projet au Brésil.

Traversant le Brésil sur plus de 3 000 km, le São Francisco est le 3ème fleuve du pays et près d’un tiers des Brésiliens en dépendent. Indispensable aux nombreuses cultures agricoles présentes près des rives et des sources du fleuve, la dégradation résultant des activités humaines fait actuellement du São Francisco un fleuve menacé. La généralisation de l’agriculture de brûlis et l’élevage intensif, très importants dans cette région, ont contribué à la déforestation massive des abords du fleuve qui subit les ravages de l’érosion.

C’est dans ce contexte qu’interviennent Pur Projet et l’association Nordesta. Créée en 2005 dans l’état du Minas Gerais, Nordesta collabore avec Pur Projet à des actions de reforestation autour des sources du fleuve São Francisco afin de protéger les ressources naturelles dont les petits producteurs de la région dépendent. L’association, portée par sa Présidente Neuza Falco Galvao, conserve plus d’un million de graines d’espèces locales dans sa banque de semence et cultive les arbres au sein de sa pépinière. Les plantations, très variées et adaptées à chaque site, permettent la régénération rapide et saine des terres dégradées, l’amélioration de la qualité de l’eau et le retour de la biodiversité locale. Par ailleurs, des projets de développement et d’éducation environnementale ont été initiés  dans la région – il y a ainsi une filière d’apiculture en plein développement – contribuant à diversifier les revenus des agriculteurs locaux.

mr20150518_Nordesta_814

Neuza Falco Galvao, présidente de l’association Nordesta

Le lancement de la gamme Bahia Do Brasil illustre l’engagement d’Ushuaïa, qui contribue à la reforestation de 7 hectares de terres où sont situées 20 sources naturelles du fleuve São Francisco. Marque engagée par nature, Ushuaïa utilise des matières premières d’origine naturelle et renouvelables, et des packs de gels douche et de déodorants roll on 100% recyclables. Les parfums des produits sont également formulés dans le respect de l’environnement. Bahia do Brasil est l’exemple de la volonté d’une entreprise de proposer le choix d’une consommation durable et engagée à la portée de tous.

Photo ©Max Riché – maxriche.com

Share Button

Actualités de la Pure Team

pure team

La Pure Team s’aggrandit et déménage

Avec l’arrivée de nouvelles personnes dans l’équipe, la Pure Team a quitté le passage de la Bonne Graine pour s’installer dans un espace plus grand, rue de la Pierre Levée dans le 11ème à Paris. L’équipe s’est renforcée sur le terrain avec de nouveaux développeurs, mais aussi à Paris avec l’arrivée d’Arthur au Pur Lab ou encore Marie qui s’occupe des programmes partenaires.

Ouverture d’une antenne à Singapour

Pur Development est la nouvelle antenne de Pur Projet dédiée au développement des projets sur le terrain. Basée à Singapour, elle regroupe désormais toute l’équipe (internationale) des ingénieurs et agronomes en charge d’accompagner les producteurs dans la mise en oeuvre de pratiques agroforestières.

prue team3

Visite de Dao en France

Dao, coordinatrice des projets en Thaïlande, nous a rendu visite à Paris. Après des mois voire années de collaboration par email pour certains, ce fut un grand plaisir de la rencontrer enfin. En particulier, elle nous a fait partagé son expérience sur le terrain, son travail au jour le jour avec les producteurs en Thaïlande, sa vision des projets. Nous partagerons bientôt une interview (en cours de montage) de Dao sur nos réseaux.

Ateliers de formation collectifs

Pour améliorer la cohésion d’équipe, nous avons instauré des ateliers de formation collectifs, où chacun présente le détail de son métier. La dernière en date, avec Pierric, avait pour objet les étapes de développement d’un projet sur le terrain. De la phase de design au monitoring des plantations, nous sommes désormais tous experts sur le sujet!

pure team4

Share Button

Le Pur Lab

peru1On sait que les services rendus par les arbres sont nombreux, en particulier dans les systèmes agroforestiers : lutte contre l’érosion, microbiologie des sols, séquestration de carbone, dépollution des eaux, développement économique, etc. Cependant, mise à part la séquestration de carbone qui est bien documentée, la plupart de ces services, rendus gratuitement par les arbres, sont généralement peu valorisés. La valeur des services sociaux par exemple est souvent sous-estimée. Et pourtant, la plantation d’arbres peut permettre d’améliorer la souveraine alimentaire des populations, de développer de nouveaux revenus avec la vente des fruits et du bois ou encore de valoriser les cultures traditionnelles liées à certaines essences d’arbres. Comment quantifier l’ensemble des services rendus par les arbres ? Et pourquoi ?

C’est pour répondre à ses questions que nous avons créé le Pur Lab, avec des entreprises partenaires de Pur Projet souhaitant mieux valoriser les bénéfices des projets agroforestiers dans leurs filières agricoles. L’objectif de ce « laboratoire » est de mesurer et quantifier l’ensemble des services rendus par les arbres.

Pour cela, le Pur Lab a développé une méthodologie scientifique, qui se veut holisitique ET transparente. Elle intègre 49 services rendus aux différents niveaux de la filière : système agricole, environnement, populations et entreprise. Le Pur Lab s’appuie sur une riche bibliographie scientifique (aujourd’hui plus de 800 références) et des partenariats avec des universités pour la mise en place de protocoles de mesure sur le terrain (Yale, UCL, Sup Agro, UNAS, etc…). L’implication des entreprises partenaires est essentielle car elle offre des champs d’expérimentation au cœur des filières agricoles.

peru6

Les premiers résultats au Pérou dans la filière de café Oro Verde confirment qu’au regard de tous les services rendus, il n’y a pas de meilleur investissement que l’arbre : pour un investissement initial de 3 USD, un arbre planté dans cette filière permet un retour de 18 USD par an (vente de bois d’oeuvre, enrichissement des sols, pollinisation des caféiers, séquestration de carbone, augmentation des rendements, meilleure qualité du café …).

Bien entendu, aboutir à une valeur économique de l’arbre n’est pas une fin en soi. L’objectif du Pur Lab est de montrer que dans un projet donné, dans un contexte particulier, l’ensemble de tous les services écosystémiques rendus par les arbres peut avoir une valeur exceptionnelle. L’approche scientifique apporte une dimension supplémentaire aux projets. Elle contribue à améliorer les connaissances sur l’agroforesterie, et de mieux appréhender l’ensemble des enjeux dans lesquels s’inscrit le développement durable des filières agricoles. Enjeux pour lesquels, à n’en pas douter, l’arbre un précieux allié.

peru3 peru5

Share Button

Ouverture de trois nouveaux projets en Europe

Trois nouveaux projets démarrent en Europe avec la participation des hôtels Accor. Près de 11,000 arbres seront plantés cet automne par des agriculteurs italiens, portugais et polonais, pour développer de nouveaux services écosystémiques dans leurs parcelles et valoriser les productions locales.

Alentejo, Portugal

Au Portugal, la région d’Alentejo est l’une des plus chaudes et sèches d’Europe. L’agriculture, première ressource économique locale, est affectée par ces conditions extrêmes, qui devraient s’accentuer avec les changements climatiques annoncés. Traditionnellement, le paysage désertique et montagneux a favorisé le développement de systèmes agroforestiers, plus résilients et bien adaptés au climat. Cependant, la vision moderne de l’agriculture a peu à peu fait reculer cette pratique, rendant les exploitations plus vulnérables.

Objectifs du projet: l’association ADPM (Associação de Defesa do Património de Mértola) soutient l’installation de jeunes agriculteurs dans la région d’Alentejo et les forme aux techniques agroécologiques. L’objectif du projet est d’intégrer les arbres dans et autour des fermes, pour améliorer la productivité agricole et préserver les cultures de la sécheresse et des hautes températures. Des arbres seront également plantés le long des cours d’eau pour préserver les sources d’eau locales. La création de corridors écologiques vient compléter les plantations pour développer des services écosystémiques variés pour les agriculteurs (pollinisation, ombrage, micro-climat, etc).

En Pologne, le sujet de la préservation des variétés fruitières natives est préoccupant, car depuis 20 ans, seules les plantations de variétés commerciales productives (mais non locales) ont été privilégiées. On entre aujourd’hui dans une période creuse, où ne seront plus disponibles les fruits traditionnels car les anciens arbres ne donnent plus de fruits et les nouveaux ne produisent pas encore. La PAC a supprimé toute aide aux fruitiers, seules les essences forestières sont subventionnées en Pologne. Aussi, très peu d’agriculteurs prennent l’initiative de replanter des vergers traditionnels (pommes, poires, prunes…).

Objectifs du projet: le projet, mené par la Fondation AgriNatura spécialisée en biodiversité agricole, a pour objectif de restaurer les vergers traditionnels polonais, qui sont un élément clé de l’écosystème et du paysage rural en Pologne. Les agriculteurs partenaires ont des petites ou moyennes fermes familiales (5-25 ha), principalement biologiques. La mise en place de vergers vient diversifier leurs sources de revenus, en valorisant les produits locaux. D’autres bénéfices directs pour leurs activités agricoles seront également privilégiés: développement des auxiliaires de culture, protection contre les intempéries, ombrage pour les animaux…

L’Italie figure parmi les 10 premiers pays au monde en termes de surface agricole dédiée à l’agriculture biologique: environ 10% des terres cultivées italiennes respectent les critères de l’agriculture biologique. Cependant, la biodiversité agricole est un sujet peu abordé, et 75% des fermes italiennes sont spécialisées. Par ailleurs, les changements climatiques annoncés dans le sud de l’Europe (sécheresses, tempêtes) sont un autre défi à relever pour réduire la vulnérabilité des agriculteurs en Italie.

Objectifs du projet: l’Association Italienne pour l’Agriculture Biologique (AIAB) est un acteur  important et reconnu œuvrant pour la promotion de l’agriculture biologique en Italie. Dans le cadre de deux projets régionaux (Nord et Sud) de l’AIAB, la plantation d’arbres avec des agriculteurs biologiques a d’abord pour objectif de dynamiser l’économie locale, en diversifiant les productions agricoles : agrumes, châtaignes, noix, huile d’olive… Les agriculteurs pourront également expérimenter les bénéfices de l’intégration des arbres dans leurs fermes (agroforesterie) et seront sensibilisés à l’importance de préserver les zones forestières pour plus de résilience, en particulier dans le Sud.

portugal2 portugal3

Photo 12-05-2015 08 30 40 (1) Photo 12-05-2015 08 27 32

Share Button

Regard en coulisse du projet Huehuetenango (Guatemala)

Marlon
Marlon del Valle est technicien et membre de l’équipe Pur Projet dans le projet Huehuetenango au Guatemala. Dans cette région vallonnée, la production de café représente la principale source de revenus. Mais les terres agricoles sont situées sur des pentes abruptes fortement marquées par l’érosion. Depuis 2014, en partenariat avec Nespresso, Pur Projet accompagne les coopératives de producteurs de café de la région qui souhaitent développer une filière de café de haute qualité à travers la mise en place de systèmes agroforestiers. Les plantations d’arbres au sein des parcelles vont permettre la régénération et la fixation des sols, la préservation de la biodiversité, une meilleure productivité et qualité du café, la diversification des revenus des communautés locales. Marlon coordonne l’appui technique sur le terrain et est lui-même un producteur de café participant au projet. Interview.

Pouvez-vous présenter le projet?

Le programme d’agroforesterie a été lancé avec plusieurs organisations de producteurs: ADESC, UPC, ASCAFCA, ASDEFLOR, Comal, ADIESTO et ASOPERC. Ces deux dernières organisations sont composées de petits producteurs de café avec une moyenne de 75 producteurs par association. Elles sont engagées dans la production de café de qualité AAA, le standard qualité Nespresso, qui est exporté vers les pays européens. En 2014 (vague 1), 50 000 arbres, espèces forestières et arbres fruitiers, ont été plantés. En 2015 (vague 2), 150 000 arbres fruitiers et forestiers vont être plantés avec deux objectifs principaux bien définis : générer des services environnementaux et contribuer au développement économique des organisations locales et des producteurs de café du département de Huehuetenango, au Guatemala.

Pourquoi est-il important de planter des arbres ?

Les arbres génèrent de nombreux bénéfices, comme la séquestration du carbone par exemple. La plupart des êtres humains ne font que couper les arbres sans jamais reboiser, surtout à la frontière entre les champs et les forêts, où beaucoup d’agriculteurs coupent des zones boisées pour planter du café ou d’autres cultures. La plantation d’arbres permet aussi d’éviter le ruissellement et l’érosion des sols, et de préserver les sources hydriques.

Combien de producteurs participent à ce projet?

Pour la première vague de plantation, 190 producteurs de café se sont impliqués dans le projet. Lors de la deuxième vague, nous avons travaillé avec 750 hommes et femmes, producteurs de café de différentes municipalités dans le département de Huehuetenango.

Combien d’arbres vont être plantés?

Pour la seconde vague de plantation, 150 000 arbres vont être plantés : il y aura des espèces forestières telles que le cèdre, l’acajou, le bois blanc, des pins, des cyprès, et aussi des arbres fruitiers comme l’avocat, la mandarine, l’orange, la goyave.

Pourriez-vous nous parler d’un arbre qui est particulièrement significatif à vos yeux?

Si nous parlons d’espèces forestières, la plus importante pour moi serait le cèdre (Cedrela odorota) car il génère une grande quantité de biomasse qui va contribuer à régénérer les sols agricoles. Il maintient une humidité du sol adéquate qui favorise le rendement du café. Il a une croissance rapide et une grande adaptabilité qui le rendent idéal. Parmi les espèces fruitières, il y a l’avocatier (Persea amaricana) très demandé sur le marché et qui rend sa culture très rentable.

_P4A6954

À quelle étape du projet en sommes-nous? Quelles sont les activités menées jusqu’à présent?

Nous sommes dans la phase la plus gratifiante du projet puisque nous livrons les plants aux associations, après avoir fait des visites d’inspection dans les différentes parcelles des 750 producteurs participants. Au cours de ces visites, nous avons relevé les différentes données GPS, vérifié les conditions climatiques, les sols, l’altitude,  quelles espèces d’arbres sont présentes.

Quelles sont les prochaines activités prévues?

Après la distribution des arbres, nous réaliserons deux étapes de monitoring:  le second monitoring de la première vague  de plantation et le premier monitoring de la seconde vague de plantation. Nous visiterons chaque producteur à nouveau et ferons un comptage des arbres pour voir si ils se sont tous adaptés ou non. Nous enregistrerons le taux de mortalité, ce qui nous donnera l’expérience nécessaire pour améliorer le projet. Nous nous rendons compte également dans le suivi si les producteurs ont fait la plantation correctement. Une formation a été effectuée avant la distribution avec tous les producteurs, où nous avons passé en revue les différents modèles de plantation (il y en a 3), ainsi que les techniques de plantation (trous, distance de plantation…).

Comment pensez-vous que le projet aura un impact sur la vie des producteurs?

Le projet est d’une grande importance pour les producteurs et les communautés car il vise à améliorer les conditions de vie, notamment grâce aux arbres fruitiers. De sorte qu’à l’avenir, ils pourront diversifier leurs revenus avec la vente de fruits, ainsi que la vente de bois.

Quelle est votre vision de l’agriculture pour l’avenir?

Je veux contribuer à créer une agriculture durable, où chaque processus de production est effectué d’une manière respectueuse de l’environnement. Les ressources utilisées à chaque étape de la production doivent être optimisées afin d’assurer un rendement efficient. Nous devons faire une bonne utilisation des pesticides, nous devons également promouvoir l’agriculture biologique ainsi que la création de parcelles agroforestières pour la diversification des revenus des familles.

Qu’est-ce que vous apporte le soutien de sociétés comme Nespresso?

Un tel soutien contribue de manière directe et indirecte à la création d’emplois au Guatemala. Il améliore également le processus de la commercialisation du café : de tous les acteurs du marché du café au Guatemala, Nespresso est celui qui rétribue le mieux les producteurs pour la qualité du café produit, qui est d’ailleurs l’un des meilleurs sur le marché. Cela profite aux producteurs qui travaillent de manière plus entrepreneuriale pour obtenir du café qui réponde aux normes de qualité requises par Nespresso.

Avez-vous une histoire à partager avec nous? 

Personnellement, je suis satisfait parce que je suis un collaborateur de Pur Projet au Guatemala : le projet s’inscrit dans un contexte très sain et amical, et on voit bien la satisfaction des producteurs. Les formations, le design élaboré du projet, et le monitoring sont très techniques, mais ils ont fait le succès de ce projet, et les objectifs ont été atteints à la grande satisfaction des producteurs et de Pur Projet. Je souhaite que le projet continue, pour soutenir plus de producteurs de café. Et il est particulièrement important de planter des arbres au Guatemala, qui est un pays avec de nombreux micro-climats.

_P4A8231 1P4A8572 P4A6664 P4A7570

Photos : Christian Lamontagne/Pur Projet

Share Button

Accor adopte la Résolution de l’Arbre

A l’occasion de son Assemblée Générale (AG) le 28 avril dernier, le groupe hôtelier Accor a soumis une résolution inédite : la « Résolution de l’Arbre » qui a été approuvée à plus de 96%. Par la voix de ses actionnaires, le Groupe souhaite intensifier son programme Plant for the Planet en s’engageant sur la plantation de 10 millions d’arbres d’ici 2021. Avec déjà 4 millions d’arbres plantés dans le monde depuis 2009, Accor a pris acte de ce programme innovant qui mobilise consommateurs, collaborateurs et communautés locales pour un développement durable.

Plus largement, Accor entend lancer un mouvement de mobilisation du monde économique, pour une meilleure intégration des enjeux environnementaux au cœur même des entreprises.

« La Résolution de l’Arbre est une première mondiale, et entend ouvrir la voie à une meilleure integration de la problématique du Climat et de la préservation de nos écosystèmes, au coeur même des entreprises, en commençant par mobiliser les actionnaires, souvent peu interrogés sur ces questions.

Trop longtemps les entreprises se sont considerées comme déconnectées de leur écosystème, alors que l’avenir de leur activité en dépend. Il est temps aujourd’hui d’aider les entreprises à se réapproprier la gestion de leur écosyteme. La résolution de l’arbre va dans ce sens : reconnaître à l’arbre ses vertus multiples, tant sur un plan environnemental, que social et économique. Il rend de précieux services à une entreprise comme Accor, et doit être beaucoup mieux connu et valorisé, pour être utilisé par d’autres.

Accor souhaite partager sur ses meilleures pratiques dans le domaine et engager un mouvement de mobilisation générale de tous les acteurs économiques pour la Forêt, le Climat et plus généralement la régénération de l’écosystème dont nous dependons. Pur Projet salue cette initiative pionnière et qui, nous l’esperons, fera des petits. » Explique Tristan Lecomte, fondateur de Pur Projet.

A l’approche de la conférence sur le climat COP21, Pur Projet salue cette Résolution de l’Arbre qui constitue une première mondiale dans le monde économique.

Share Button
peru

1 abonnement à Terre Sauvage = 1 arbre planté

peru
Terre Sauvage est le magazine des amoureux de la nature ! Chaque mois, Terre Sauvage sillonne le monde pour faire découvrir à ses lecteurs les merveilles de la nature.

En 2015, Terre Sauvage a souhaité s’associer à Pur Projet pour une opération arbres: pour chaque nouvel abonnement au magazine, Terre Sauvage s’engage à financer la plantation d’un arbre dans le projet Alto Huayabamba au Pérou.

Convaincu que l’’arbre est l’une des solutions les plus efficaces pour enrayer le changement climatique et préserver les écosystèmes, le magazine s’implique ainsi concrètement dans un projet aux bénéfices sociaux et environnementaux forts tout en sensibilisant ses lecteurs, qui peuvent accéder à un espace personnel avec les informations relatives à leur arbre et au projet.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page du magazine Terre Sauvage en cliquant ici.

Share Button

Trees4Climate : l’Arbre et la Forêt comme solutions au changement climatique

Trees4climate1Pur Projet et les organisations partenaires Kinomé, WeForest et Livelihood Venture engagées dans la reforestation demandent à la COP21 de considérer les arbres et les forêts comme une solution pour notre défi climatique et demandent à nos dirigeants de tenir leurs promesses.

Les arbres sont une des solutions les plus efficaces pour enrayer le réchauffement climatique autant du point de vue de l’atténuation que de l’adaptation. Ils sont essentiels à la vie humaine et irremplaçables. Nous devons cesser de les couper et accélérer la reforestation. En vue de la COP21, nous exhortons tous les participants à prendre des mesures pour remettre les arbres et les forêts à leur place.

Les arbres sont une des solutions les plus efficaces pour enrayer le réchauffement climatique autant du point de vue de l’atténuation que de l’adaptation.

Nous soutenons que les arbres sont un des moyens les plus efficaces d’enrayer le réchauffement climatique autant du point de vue de l’atténuation que de l’adaptation. La concentration de CO2 aujourd’hui dans notre atmosphère est de 400 ppm (particules par million), un niveau jamais atteint, et ce chiffre continue d’augmenter entre 1 et 2 ppm par an. Près de 20% de toutes les émissions de carbone résultent de la déforestation et de la dégradation des forêts, et pourtant nous continuons de les couper : 82 000 km2 de forêts disparaissent chaque année, l’équivalent de la surface de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas réunis.

Ils sont essentiels à la vie humaine et irremplaçables.

Les arbres sont essentiels à la vie humaine : les produits et services qu’ils fournissent pour le climat, l’air, l’eau, la formation des nuages, les sols, l’alimentation, la médecine, l’habitat sont inégalés … Nous n’avons rien pour les remplacer.
La plantation d’arbres crée de la valeur, contribue à la biodiversité, la productivité et la résilience des sols ainsi qu’à la création d’emplois qui permet de soustraire des communautés entières de la pauvreté faisant d’eux les gardiens de leurs forêts.
Lorsque le reboisement est planifié et exécuté de manière adéquate, les bénéfices liés aux arbres dépassent de loin leur coût de plantation et d’ entretien.

Nous devons cesser de les couper et accélérer la reforestation.

Nous devons arrêter de couper nos arbres et accélérer le reboisement. Le Bonn Challenge a annoncé en septembre 2011 la restauration de 150 millions d’hectares de forêt d’ici à 2020, quatre ans plus tard, à mi-parcours, seulement 39% sont promis et très peu réellement plantés. La New York Declaration de septembre 2014 a annoncé un objectif encore plus ambitieux pour arrêter la déforestation et restaurer 350 millions d’hectares de terres dégradées d’ici 2030 (10% des terres dégradées de la planète), chiffre qui comprend les 150 millions d’hectares du Bonn Challenge.

En vue de la COP21, nous exhortons tous les participants à prendre des mesures pour remettre les arbres et les forêts à leur place.

Les initiatives de reboisement à travers le monde représentent aujourd’hui environ 5 millions d’hectares par an, à peu près la moitié de ce qui est détruit. Nous pouvons et devons faire davantage pour accélérer la restauration des forêts et stopper la déforestation.
Des promesses ne suffiront pas. Il faut des plans ambitieux, soutenus par un engagement politique et un financement spécifique, des politiques juridiquement contraignantes qui seront effectivement mises en œuvre, des campagnes de sensibilisation du public et des incitants économiques pour arrêter la déforestation d’ici 2030 et respecter les engagements pris en septembre 2014. En vue de la COP21, nous exhortons le gouvernement français, tous les pays participants ainsi que les entreprises à prendre des mesures pour remettre les arbres et les forêts à leur juste place.

Joignez-vous à nous et incitons nos dirigeants à agir dès maintenant en signant notre manifeste Trees4Climate.

Share Button