Archives du mot-clé conservation

Sérendipité

« Réserve de Biosphère Gran Pajatén » : 2,4 millions d’hectares enregistrés à l’UNESCO

pajaten


Il y a des projets qui ressemblent à des contes de fées, Gran Pajatén en fait partie. Un projet lancé complètement par hasard, en 2007, dans le petit village perdu de Santa Rosa en Amazonie Péruvienne, lors d’une rencontre fortuite dans un champs de cacao agroforestier entre Tristan Lecomte, alors dirigeant d’Alter Eco, et Cécilia Larrea, une étudiante péruvienne qui calculait les stocks de carbone séquestrés par les modèles agroforestiers. Les producteurs de cacao la regardaient avec un œil amusé, sans imaginer que cette rencontre serait à l’origine de multiples projets de reforestation et de conservation forestière, à présent regroupés dans la Réserve de Biosphère UNESCO Gran Pajatén, déclarée en mai dernier, sur plus de 2,4 millions d’hectares.

Lire la suite

Share Button

Rencontre avec un tapir

Cet été, lors d’un déplacement en barque dans une des rivières de la zone de conservation Martin Sagrado, nous avons rencontré un  Tapir « Sachavaca » (Tapirus Terrestris). Cette espèce est dans la Liste Rouge des Espèces Menacées de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, la perte d’habitat à cause de la déforestation et la chasse étant ses principales menaces.

Les producteurs de la communauté Dos de Mayo, formés à la protection des forêts, assurent la surveillance, le monitoring des espèces ainsi que les activités d’écotourisme pour protéger et promouvoir la biodiversité de cette région, parmi les plus riches du bassin amazonien.

Share Button
phasme_biodiversite_martinsagrado_purprojet

Rapport Planète Vivante : 52% des espèces sauvages ont disparu en 40 ans

En 40 ans, l’action humaine a entraîné la disparition de plus de la moitié des animaux sauvages de la planète ; un constat alarmant que nous rapporte le WWF à travers son rapport Planète Vivante 2014.

phasme_biodiversite_martinsagrado_purprojet

Entre 1970 et 2010, l’Indice Planète Vivante – qui mesure l’évolution de 10.380 populations de 3.038 espèces de mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons – a chuté de 52 %. « Autrement dit, en moins de deux générations, la taille des populations des espèces de vertébrés a fondu de moitié. Or, les différentes formes du vivant sont à la fois la matrice des écosystèmes permettant la vie sur Terre, mais aussi le baromètre de ce que nous faisons subir à notre planète, notre unique demeure. » (WWF France)

Le constat est préoccupant, en atteste certains points-clés du rapport :

Lire la suite

Share Button