Archives du mot-clé Agroforesterie

L’agroforesterie selon Francis Hallé

IMG_0603

« L’‪agroforesterie‬, enfin une bonne nouvelle ! « 

Quelques mots sur l’agroforesterie du botaniste Francis Hallé lors du vernissage de son exposition de dessins « 50 ans d’exploration et d’études botaniques en forêt tropicale » à l’Espace Krajcberg à Paris. Mai 2016

 

Share Button

Actualités du PUR Lab

cacao

Sous l’ombre des arbres, les rendements augmentent de 62% et la qualité de la production de 86%. C’est ce que démontre une étude du PUR Lab menée au Pérou en partenariat avec l’Université Libre de Bruxelles et la Universidad Agraria de la Selva (Pérou).

Lire la suite

Share Button

PUR Hexagone à la Ferme d’Orvilliers

Samedi 19 mars, Grégoire Lambert de PUR Hexagone présentait l’agroforesterie à La Ferme d’Orvilliers, à l’occasion de l’évènement Du champ à l’assiette organisé dans le cadre du projet européen CAP What’s cooking?. Grégoire est intervenu aux côtés de Yann Pivain, chargé de projets à la chambre d’agriculture de l’Eure, pour ensuite laisser place à un débat autour du film Demain, en présence du réalisateur Cyril Dion.

grégoireferme Lire la suite

Share Button

Clarins et ses « Graines de Beauté »

A partir de 2016, Clarins soutiendra le projet Kopi Lestari en Indonésie, projet de reforestation et agroforesterie mené par des producteurs de café de Sumatra. L’objectif pour Clarins est de préserver le café, dont les extraits sont utilisés pour ses produits de soins corporels.

Cet engagement s’inscrit dans le programme « Seeds of Beauty », au travers duquel Clarins soutient déjà les projets de PUR Projet en Chine et en Thaïlande.

Un événement presse était organisé à Bangkok avec Christian et Jenna Courtin-Clarins; Tristan Lecomte était également présent pour célébrer le 5ème anniversaire de Seeds of Beauty, et la 5ème année de partenariat avec PUR Projet.

NEWSCLARINS Lire la suite

Share Button

Ouverture de trois nouveaux projets en Europe

Trois nouveaux projets démarrent en Europe avec la participation des hôtels Accor. Près de 11,000 arbres seront plantés cet automne par des agriculteurs italiens, portugais et polonais, pour développer de nouveaux services écosystémiques dans leurs parcelles et valoriser les productions locales.

Alentejo, Portugal

Au Portugal, la région d’Alentejo est l’une des plus chaudes et sèches d’Europe. L’agriculture, première ressource économique locale, est affectée par ces conditions extrêmes, qui devraient s’accentuer avec les changements climatiques annoncés. Traditionnellement, le paysage désertique et montagneux a favorisé le développement de systèmes agroforestiers, plus résilients et bien adaptés au climat. Cependant, la vision moderne de l’agriculture a peu à peu fait reculer cette pratique, rendant les exploitations plus vulnérables.

Objectifs du projet: l’association ADPM (Associação de Defesa do Património de Mértola) soutient l’installation de jeunes agriculteurs dans la région d’Alentejo et les forme aux techniques agroécologiques. L’objectif du projet est d’intégrer les arbres dans et autour des fermes, pour améliorer la productivité agricole et préserver les cultures de la sécheresse et des hautes températures. Des arbres seront également plantés le long des cours d’eau pour préserver les sources d’eau locales. La création de corridors écologiques vient compléter les plantations pour développer des services écosystémiques variés pour les agriculteurs (pollinisation, ombrage, micro-climat, etc).

En Pologne, le sujet de la préservation des variétés fruitières natives est préoccupant, car depuis 20 ans, seules les plantations de variétés commerciales productives (mais non locales) ont été privilégiées. On entre aujourd’hui dans une période creuse, où ne seront plus disponibles les fruits traditionnels car les anciens arbres ne donnent plus de fruits et les nouveaux ne produisent pas encore. La PAC a supprimé toute aide aux fruitiers, seules les essences forestières sont subventionnées en Pologne. Aussi, très peu d’agriculteurs prennent l’initiative de replanter des vergers traditionnels (pommes, poires, prunes…).

Objectifs du projet: le projet, mené par la Fondation AgriNatura spécialisée en biodiversité agricole, a pour objectif de restaurer les vergers traditionnels polonais, qui sont un élément clé de l’écosystème et du paysage rural en Pologne. Les agriculteurs partenaires ont des petites ou moyennes fermes familiales (5-25 ha), principalement biologiques. La mise en place de vergers vient diversifier leurs sources de revenus, en valorisant les produits locaux. D’autres bénéfices directs pour leurs activités agricoles seront également privilégiés: développement des auxiliaires de culture, protection contre les intempéries, ombrage pour les animaux…

L’Italie figure parmi les 10 premiers pays au monde en termes de surface agricole dédiée à l’agriculture biologique: environ 10% des terres cultivées italiennes respectent les critères de l’agriculture biologique. Cependant, la biodiversité agricole est un sujet peu abordé, et 75% des fermes italiennes sont spécialisées. Par ailleurs, les changements climatiques annoncés dans le sud de l’Europe (sécheresses, tempêtes) sont un autre défi à relever pour réduire la vulnérabilité des agriculteurs en Italie.

Objectifs du projet: l’Association Italienne pour l’Agriculture Biologique (AIAB) est un acteur  important et reconnu œuvrant pour la promotion de l’agriculture biologique en Italie. Dans le cadre de deux projets régionaux (Nord et Sud) de l’AIAB, la plantation d’arbres avec des agriculteurs biologiques a d’abord pour objectif de dynamiser l’économie locale, en diversifiant les productions agricoles : agrumes, châtaignes, noix, huile d’olive… Les agriculteurs pourront également expérimenter les bénéfices de l’intégration des arbres dans leurs fermes (agroforesterie) et seront sensibilisés à l’importance de préserver les zones forestières pour plus de résilience, en particulier dans le Sud.

portugal2 portugal3

Photo 12-05-2015 08 30 40 (1) Photo 12-05-2015 08 27 32

Share Button

Regard en coulisse du projet Huehuetenango (Guatemala)

Marlon
Marlon del Valle est technicien et membre de l’équipe Pur Projet dans le projet Huehuetenango au Guatemala. Dans cette région vallonnée, la production de café représente la principale source de revenus. Mais les terres agricoles sont situées sur des pentes abruptes fortement marquées par l’érosion. Depuis 2014, en partenariat avec Nespresso, Pur Projet accompagne les coopératives de producteurs de café de la région qui souhaitent développer une filière de café de haute qualité à travers la mise en place de systèmes agroforestiers. Les plantations d’arbres au sein des parcelles vont permettre la régénération et la fixation des sols, la préservation de la biodiversité, une meilleure productivité et qualité du café, la diversification des revenus des communautés locales. Marlon coordonne l’appui technique sur le terrain et est lui-même un producteur de café participant au projet. Interview.

Pouvez-vous présenter le projet?

Le programme d’agroforesterie a été lancé avec plusieurs organisations de producteurs: ADESC, UPC, ASCAFCA, ASDEFLOR, Comal, ADIESTO et ASOPERC. Ces deux dernières organisations sont composées de petits producteurs de café avec une moyenne de 75 producteurs par association. Elles sont engagées dans la production de café de qualité AAA, le standard qualité Nespresso, qui est exporté vers les pays européens. En 2014 (vague 1), 50 000 arbres, espèces forestières et arbres fruitiers, ont été plantés. En 2015 (vague 2), 150 000 arbres fruitiers et forestiers vont être plantés avec deux objectifs principaux bien définis : générer des services environnementaux et contribuer au développement économique des organisations locales et des producteurs de café du département de Huehuetenango, au Guatemala.

Pourquoi est-il important de planter des arbres ?

Les arbres génèrent de nombreux bénéfices, comme la séquestration du carbone par exemple. La plupart des êtres humains ne font que couper les arbres sans jamais reboiser, surtout à la frontière entre les champs et les forêts, où beaucoup d’agriculteurs coupent des zones boisées pour planter du café ou d’autres cultures. La plantation d’arbres permet aussi d’éviter le ruissellement et l’érosion des sols, et de préserver les sources hydriques.

Combien de producteurs participent à ce projet?

Pour la première vague de plantation, 190 producteurs de café se sont impliqués dans le projet. Lors de la deuxième vague, nous avons travaillé avec 750 hommes et femmes, producteurs de café de différentes municipalités dans le département de Huehuetenango.

Combien d’arbres vont être plantés?

Pour la seconde vague de plantation, 150 000 arbres vont être plantés : il y aura des espèces forestières telles que le cèdre, l’acajou, le bois blanc, des pins, des cyprès, et aussi des arbres fruitiers comme l’avocat, la mandarine, l’orange, la goyave.

Pourriez-vous nous parler d’un arbre qui est particulièrement significatif à vos yeux?

Si nous parlons d’espèces forestières, la plus importante pour moi serait le cèdre (Cedrela odorota) car il génère une grande quantité de biomasse qui va contribuer à régénérer les sols agricoles. Il maintient une humidité du sol adéquate qui favorise le rendement du café. Il a une croissance rapide et une grande adaptabilité qui le rendent idéal. Parmi les espèces fruitières, il y a l’avocatier (Persea amaricana) très demandé sur le marché et qui rend sa culture très rentable.

_P4A6954

À quelle étape du projet en sommes-nous? Quelles sont les activités menées jusqu’à présent?

Nous sommes dans la phase la plus gratifiante du projet puisque nous livrons les plants aux associations, après avoir fait des visites d’inspection dans les différentes parcelles des 750 producteurs participants. Au cours de ces visites, nous avons relevé les différentes données GPS, vérifié les conditions climatiques, les sols, l’altitude,  quelles espèces d’arbres sont présentes.

Quelles sont les prochaines activités prévues?

Après la distribution des arbres, nous réaliserons deux étapes de monitoring:  le second monitoring de la première vague  de plantation et le premier monitoring de la seconde vague de plantation. Nous visiterons chaque producteur à nouveau et ferons un comptage des arbres pour voir si ils se sont tous adaptés ou non. Nous enregistrerons le taux de mortalité, ce qui nous donnera l’expérience nécessaire pour améliorer le projet. Nous nous rendons compte également dans le suivi si les producteurs ont fait la plantation correctement. Une formation a été effectuée avant la distribution avec tous les producteurs, où nous avons passé en revue les différents modèles de plantation (il y en a 3), ainsi que les techniques de plantation (trous, distance de plantation…).

Comment pensez-vous que le projet aura un impact sur la vie des producteurs?

Le projet est d’une grande importance pour les producteurs et les communautés car il vise à améliorer les conditions de vie, notamment grâce aux arbres fruitiers. De sorte qu’à l’avenir, ils pourront diversifier leurs revenus avec la vente de fruits, ainsi que la vente de bois.

Quelle est votre vision de l’agriculture pour l’avenir?

Je veux contribuer à créer une agriculture durable, où chaque processus de production est effectué d’une manière respectueuse de l’environnement. Les ressources utilisées à chaque étape de la production doivent être optimisées afin d’assurer un rendement efficient. Nous devons faire une bonne utilisation des pesticides, nous devons également promouvoir l’agriculture biologique ainsi que la création de parcelles agroforestières pour la diversification des revenus des familles.

Qu’est-ce que vous apporte le soutien de sociétés comme Nespresso?

Un tel soutien contribue de manière directe et indirecte à la création d’emplois au Guatemala. Il améliore également le processus de la commercialisation du café : de tous les acteurs du marché du café au Guatemala, Nespresso est celui qui rétribue le mieux les producteurs pour la qualité du café produit, qui est d’ailleurs l’un des meilleurs sur le marché. Cela profite aux producteurs qui travaillent de manière plus entrepreneuriale pour obtenir du café qui réponde aux normes de qualité requises par Nespresso.

Avez-vous une histoire à partager avec nous? 

Personnellement, je suis satisfait parce que je suis un collaborateur de Pur Projet au Guatemala : le projet s’inscrit dans un contexte très sain et amical, et on voit bien la satisfaction des producteurs. Les formations, le design élaboré du projet, et le monitoring sont très techniques, mais ils ont fait le succès de ce projet, et les objectifs ont été atteints à la grande satisfaction des producteurs et de Pur Projet. Je souhaite que le projet continue, pour soutenir plus de producteurs de café. Et il est particulièrement important de planter des arbres au Guatemala, qui est un pays avec de nombreux micro-climats.

_P4A8231 1P4A8572 P4A6664 P4A7570

Photos : Christian Lamontagne/Pur Projet

Share Button
21_P4A3750

ACCÉLÉRATION ET RÉALISATION

2014 a été une année clef tant pour Pur Projet qu’au niveau du contexte politique global de l’action pour le Climat. On ressent une mobilisation croissante et continue tant des entreprises que des gouvernements, de plus en plus conscients de la nécessité d’agir et de le faire massivement.

Nous sommes fortement sollicités pour accompagner les entreprises dans une meilleure prise en compte des écosystèmes dont elles dépendent. En particulier à travers la régénération des filières agricoles, où nous déployons à grande échelle notre méthodologie d’Insetting via l’agroforesterie.

Ces programmes sont de plus en plus significatifs en termes de niveau d’engagement, et de plus en plus transversaux, pour toucher toutes les filières stratégiques des grands groupes à travers le Monde.

  • Dernier exemple en date, le programme Positive Cup avec Nespresso, qui vise, entre autres, la plantation en modèles agroforestiers de plus de 10 millions d’arbres dans les 6 prochaines années, en partenariat direct avec les producteurs de café de grand cru. Nous commençons en ce moment les premières plantations en Colombie, au Guatemala, au Mexique et en Éthiopie.
  • Un autre exemple très parlant est le programme Plant for the Planet que nous gérons pour le groupe Accor (3,5 millions d’arbres plantés dans 23 pays), en créant des liens localement entre les hôtels et les communautés de planteurs.

Le mois dernier, nous étions ainsi avec nos équipes en Chine, Inde, Thaïlande, Indonésie, Émirats, Éthiopie, Colombie, Guatemala et Pérou.

Le besoin de régénération des milieux agricoles est universel et urgent. Le consensus est global sur la nécessité de déployer l’agroforesterie comme un outil de transition agricole et d’amélioration de la performance durable des filières. 2015 sera donc l’année de la réalisation de tous ces nouveaux engagements, et espérons-le, d’un accord fort à la 21ème conférence des partis sur le climat (COP21 Paris 2015, du 30 Novembre au 11 Décembre 2015).

Share Button
_P4A3868

HUG A TREE : ELECTION DE MR ET MISS TREE EN THAILANDE

35k-tree-photo-1

Un défilé haut en couleurs

Chaque année, Accor organise la PLANET 21 Day. A l’occasion de cette journée mondiale, les collaborateurs Accor se mobilisent en faveur du développement durable. Cette implication s’exprime au travers de cette journée du 21 avril où les 170 000 collaborateurs Accor à travers le monde organisent des actions en faveur des 21 engagements du programme de développement durable du Groupe, PLANET 21.

C’est dans ce contexte qu’est mis en place chaque année par les équipes thaïlandaises des hôtels Accor le concours « Mr and Miss Tree » qui s’inscrit dans le cadre de leur campagne « Hug a Tree ». Cet évènement a pour but de lever des fonds pour le programme de reforestation « Plant for the Planet » ainsi que de sensibiliser les équipes et les clients sur les projets de reforestation et d’agroforesterie, menés en partenariat avec les petits producteurs locaux.

Combinant créativité et divertissement, les costumes des miss et misters sont inspirés par la nature thaïlandaise. En 2014 en Thaïlande, 19 hôtels ont participé à l’organisation de cette soirée événement avec un défilé de 40 candidats.

A travers cet évènement convivial s’inscrit une démarche de sensibilisation qui touche un vaste public, mais qui, en outre, marque l’engagement responsable d’Accor, premier groupe hôtelier mondial.

Share Button
agroforestry-purprojet

Diffusion de l’animation sur l’agroforesterie à l’international

Quelques jours après la diffusion de notre animation sur l’agroforesterie, nous avons reçus de nombreux messages de personnes concernées par le sujet (Vietnam, Allemagne, Portugal, Thaïlande), demandant une version traduite dans leur langue.

Grâce à l’aimable contribution de Robert Finlayson, Chargé de la Communication Asie du Sud du Centre du World Agroforestry Centre (ICRAF), de la communauté internationale des chercheurs du Centre et d’autres personnes qui se sont portées volontaires, l’animation est actuellement en cours de traduction dans plus d’une dizaine de langues.

Il est essentiel de communiquer largement sur la simplicité et l’efficacité de l’agroforesterie avec des outils didactiques, afin de toucher un grand nombre de petits producteurs à travers le monde.

Nous remercions toutes les personnes et institutions qui se joignent à nous dans cet effort. Restez connectés pour voir les différentes versions de l’animation et la partager avec vos contacts à travers le monde.

Voici l’animation en allemand, traduite en partenariat avec Christoffer Schäle, de la Zirkeldreher Institution, en Allemagne :

Share Button
Aniceto Caamal Cocom à la table ronde sur l'agroforesterie organisé par Nestlé

Nestlé salue les bénéfices de l’agroforesterie

Le 31 octobre dernier à Paris, le groupe Nestlé organisait une conférence “Un pas vers l’agriculture de demain” pour présenter les pratiques agroforestières développées au cœur de quatre de ses filières. José Lopez, vice-président du groupe, a présenté l’agroforesterie comme une solution innovante face aux défis économiques et environnementaux d’aujourd’hui.

Une table ronde a mis en perspective les expériences de Nespresso, Mousline, Nescafé et Vittel, que Pur Projet accompagne dans leurs démarches d’insetting. Vittel a par exemple planté un million d’arbres au Pérou, contribuant à la préservation d’un bassin versant et des plantations le long d’un confluent de l’Amazone, et a démarré des plantations autour de sa source dans les Vosges en 2013 afin de préserver les ressources en eau de l’impluvium. En août dernier, Nespresso annonçait son engagement pour planter 10 millions d’arbres au sein de ses filières caféicoles d’ici à 2020.

Aniceto Caamal Cocom à la table ronde sur l'agroforesterie organisé par Nestlé

Aniceto Caamal Cocom à la table ronde sur l’agroforesterie organisé par Nestlé. Copyright photo : Nestlé France SAS

Un petit aperçu de la conférence à travers trois personnages différents spontanément réunis autour de ce thème commun :

  • Aniceto Caamal Cocom, dignitaire maya venu depuis la péninsule du Yucatan, était en France dans le cadre du projet du Miel Melipona: « In lak Ech : Je suis un autre toi » ; Aniceto a commencé son discours par cette salutation maya millénaire. Il a ensuite rappelé aux 130 personnes de la salle, l’importance de notre rapport avec la nature, de la santé de nos écosystèmes, de la préservation de nos graines et de la solidarité entre les peuples.
  • Michael Porter, le célèbre théoricien de la stratégie d’entreprise, était interviewé dans la vidéo présentant l’approche Creating Shared Value de Nestlé. Michael Porter a développé la vision de la création de valeur partagée en 2011, en décrivant comment les entreprises peuvent créer des avantages concurrentiels générant de la rentabilité, à travers des actions à fort impact socio-environnemental.
  • Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, a conclu la conférence en apportant son soutien aux initiatives présentées, et en soulignant leur intégration au projet agro-écologique sur nos territoires. La conférence précédait d’un mois la journée de l’agroforesterie organisée par le ministère, à laquelle Pur Projet a participé.

Lire la suite

Share Button