Plantations avec des agriculteurs pour préserver le lac Champlain dans le Vermont

PUR Projet démarre en 2016 un projet de reforestation aux Etats-Unis dans le Vermont, près du Lac Champlain, l’un des lacs les plus importants du pays et dont dépendent près de 250 000 personnes.

Image1

La qualité de l’eau du lac est fortement menacée par les eaux de ruissellement contaminées, chargées en sédiments et en engrais chimiques, provoquant un excès de phosphore dans l’eau. De nombreux affluents se jettent dans le lac, tous lessivés par la pluie et la fonte des neiges.

Le fumier et l’engrais provenant des terres adjacentes sont les principales sources de pollution phosphorique. Une présence particulièrement élevée de phosphore dans l’eau crée une croissance excessive des algues bleues. Ces dernières libèrent des toxines nocives pour l’homme et les animaux tout en déséquilibrant des écosystèmes entiers. À cela, s’ajoutent ponctuellement les eaux usées des villes et les rejets industriels. Le lac ne peut absorber plus de 110 tonnes métriques de phosphore par année. En 2009, on enregistrait un taux de 218 tonnes métriques.

Afin de réduire le ruissellement et les inondations, le projet prévoit la plantation de 23 500 arbres sur les rives du lac et de ses affluents d’ici 2019. L’ombre apportée par les arbres permettra par ailleurs de réduire la température de l’eau et la prolifération des algues. Enfin, les arbres aident naturellement à absorber les nitrates et sulfates dans l’eau.

Le projet est développé localement par l’ONG American Forests, acteur majeur de la reforestation en Amérique du Nord, et des agriculteurs de la région, qui contribuent largement à la pollution du lac (eaux de ruissellement agricoles, utilisation massive d’intrants chimiques). Un volet de formation aux techniques et bénéfices de l’agroforesterie permettra de sensibiliser les agriculteurs .

Share Button